nov 232006
 

Deuxième épisode de la série. Où après l'avoir défini, on dissèque l'une des caractéristiques fondamentale d'un son : son intensité. Pour ceux qui auraient loupé le premier épisode c'est par ici : Expliquer ma thèse à Mamie #1 Mamie a bien dormi cette nuit. Elle a profité de sa journée pour réfléchir à ce que lui a raconté son petit-fils à propos du son. Elle a essayé de visualiser toutes ces molécules d'air en train de s'agiter à chaque bruit et à la manière dont le son se propage jusqu'à ses oreilles. Ce faisant, elle s'est rendue compte à quel point son ouie avait diminué. Nombre des bruits qu'elle entendait étant plus jeune avaient disparu. En plus d'entendre moins bien, elle entendait différemment, comme si tout était plus "sourd" et que les sons aigus ne passaient plus à travers ses oreilles. Mamie allait mettre à profit la présence de son petit fils pour essayer de comprendre tout ça...

" Bonsoir Mamie.
- Bonsoir mon p'tit. Dis moi, j'ai réfléchi à ce que tu m'as raconté hier soir, tes histoires de son, de molécules d'air qui bougent tout ça, et je me suis demandé comment ça se faisait que j'entendais pas comme quand j'étais jeune...
- C'est vrai qu'on doit te parler fort pour que tu nous entendes. C'est tout simplement parceque tes oreilles sont vieilles et fatiguées, donc elles sont moins sensibles aux vibrations de l'air. Ainsi pour que tu entendes bien, il faut que ça vibre plus fort, et pour ça on doit forcer un peu la voix. Cela a l'air simple, mais c'est une caractéristique fondamentale d'un son. La force avec laquelle un son est émis s'appelle l'intensité ou l'amplitude. Couramment on la mesure en décibels (dB), et...
- Oula oula stop ! tu vas trop vite mon p'tit !
- Ok, je reprends. Hier je t'ai expliqué comment était créé un son, et ce qui faisait qu'il se propageait jusqu'à nos oreilles. Si je résume, le son est une vibration de l'air, créé par exemple par nos cordes vocales, qui se propage de proche en proche en faisant bouger les molécules d'air voisines, jusqu'à nos oreilles qui sont sensibles aux variations de pression qui sont créées par ces mouvements.
- Oui, ça, ça va j'ai compris. C'est ton histoire de décibels que je comprends rien.
- Donc tu as compris les mécanismes physiques qui sont à l'origine de la création (les cordes vocales par exemple), de la propagation (par le biais d'un medium porteur comme l'air) et de la réception (par les oreilles par exemple) d'un son. Mais on ne sait toujours pas ce qui caractérise un son. Qu'est ce qui fait que le bruit d'un avion est différent du ronflement de Papy qui est lui même bien différent d'une symphonie de Beethoven ! Tu as une idée de ce qui pourrait faire que tous ces bruits sont si différents ?
- Bah, je sais pas moi. Je sais qu'il y a des bruits plus ou moins forts. Des que j'entends pas, et des qui font mal aux oreilles. Y a aussi des bruits qui sont plus aigus, d'autres plus graves...
- C'est exactement ça Mamie ! Tu viens justement dans cette phrase de mettre à jour les deux caractéristiques fondamentales d'un son ! La première, c'est ce que je te disais tout à l'heure, c'est l'intensité ou l'amplitude, qu'on mesure en décibels. Zéro decibels c'est le seuil d'audition de notre oreille, en dessous on entend rien. Dans le jardin là dehors, le bruit ambiant est d'une intensité d'environ 20 dB. Quand on va en centre ville, c'est d'environ 80-90 dB à cause du bruit de la circulation. Et enfin, le seuil de la douleur, par exemple un avion à réaction ou une fusée au décollage est de 140 dB. Au delà, la pression reçue par nos oreilles est telle que ça risque de nous rendre complètement sourds et même de provoquer des lésions dans le cerveau.
- Et ben moi je suis bien mieux au calme là près du feu avec toi mon p'tit. Pas envie de me ramolir le cerveau en voyant décoller des fusées.
- C'est vrai qu'on est bien là auprès du feu... Tiens, je vais remettre une bûche..."

Le petit fils se lève, prends une bûche dans la réserve, la met dans le feu et l'atise un peu avec le tisonnier. Il va se rassoir, et tous deux prennent le temps de regarder et d'écouter le feu de cheminée. Il crépite, on entends de multiples éclatements et crépitements dans la nouvelle bûche. Des poches d'air coincées dans le bois s'échappent en sifflant sous la pression générée par la chaleur. Le petit-fils tourne les yeux vers sa Mamie qui le regarde. Des douces flammes de tendresses orangées dansent dans leurs yeux. Doucement, le petit-fils replonge les yeux dans la cheminée et reprend son exposé.

" Toi ton seuil d'audition n'est pas de zéro dB. Il est peut-être de 10 ou 20 dB. Donc tous les bruits dont l'intensité est inférieure tu ne les entends pas. Mais attention, c'est pas pour autant que tu peux écouter des sons de 160 dB sans avoir mal aux oreilles !
- D'accord, d'accord... Mais y a pas que l'intensité qui fait que le son d'un avion c'est pas le même que celui de Papy qui ronfle ?
- Et non bien sûr. La deuxième tu l'as touchée du doigt tout à l'heure en parlant de sons qui pouvaient être graves ou aigus. C'est ce qu'on appelle la "fréquence" d'un son.
- Bouh là, laisse moi déjà digérer ton intensité et tes décibels là, j'en ai assez pour aujoud'hui. Tu m'expliqueras la fréquence un aut' jour.
- Pas de problème Mamie, on va à ton rythme !
- Tiens, avant d'aller se coucher, on se fait un p'tit Prison Break sur la Freebox ? J'aime bien cette série moi...
- Mamie, t'es trop forte, tu me surprendras toujours...

(fin du second épisode. La prochaine on verra donc ce que c'est que la fréquence d'un son. C'est ici : Expliquer ma thèse à Mamie #3)