m101

Dans l'univers, tout tourne, et on peut même dire que ça tourne beaucoup et très vite.  Si si, je vous assure ! Mais quelle est cette musique qui fait tant virevolter l'Univers ? Examinons cela de plus près.

... une danse à notre échelle...

Commençons par l'évidence : la Terre. Elle, elle est en orbite autour du Soleil. Le tour de manège complet dure 365 jours et des poussières. On appelle ça la "révolution de la Terre". Et elle tourne sur elle-même aussi, c'est ce qui définit la journée, divisée en 24 heures (en réalité, la Terre met un peu mois de 24 heures pour faire un tour sur elle-même). Pour résumer : le temps que la Terre fasse un tour de valse avec le soleil elle aura tourné 365 fois sur elle-même.

Rotation de la Lune autour de la Terre

Et puis il y a sa copine, son satellite, la Lune, qui est en orbite autour de la Terre. Le tour de valse dure cette fois environ 28 jours. La Lune évidemment tourne aussi sur elle-même et sa révolution dure environ 27 jours (le même qu'il lui fait pour tourner autour de la Terre, c'est pour cela qu'on voit toujours la même face de la Lune).

Voilà ce qui se passe à notre echélle : la Terre tourne sur elle-même, et autour du Soleil, et la Lune tourne aussi sur elle-même, autour de la Terre, et par conséquent, aussi autour du Soleil... vous me suivez ? Et oui ! ça commence à tourner! La valse de l'Univers donne le vertige...

La Terre en orbite autour du Soleil

Bon, maintenant, allons voir un peu plus loin, car la visite ne fait que commencer. Partons vers l'infiniment grand...

... à l'échelle des galaxies...

Le Soleil

Ce qu'on ne dit pas souvent, c'est que le Soleil tourne aussi sur lui-même, en environ 25 jours terrestre. Et ce qui est marrant, c'est que comme le Soleil n'est pas solide (c'est un plasma, schématiquement un gaz en ébullition), il tourne sur lui-même plus vite au niveau de l'équateur (environ 30%) qu'au niveau de ses pôles.En plus de tourner sur lui-même, il faut aussi savoir que le Soleil a aussi un mouvement de rotation au sein de la Galaxie. En toute rigueur, c'est tout le système solaire (le Soleil, plus toutes les planètes : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton Un bon moyen mnémotechnique pour sa rappeler l'ordre des planètes : "Ma Vieille Tante Marguerite Jouait Sur Un Nouveau Piano". En rajoutant la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, on peut la modifier en "Ma Vieille Tante Marguerite A Joué Sur Un Nouveau Piano", qui, ne l'oublions pas sont aussi en rotation sur elles-même et autour du Soleil, [et ne parlons de leur nombreux satellites]) qui est en orbite autour du centre de la galaxie.

Vue de dessus de la voie Lactée

En effet, le système solaire est situé dans l'un des bras de notre galaxie (un amas d'étoiles et de planètes) qu'on appelle Voie Lactée On peut l'observer dans le ciel pendant l'été, c'est une sorte de trainée blanche qui traverse le ciel, "derrière" les étoiles. Or, la Voie Lactée tourne sur elle-même, autour de son centre, qui contient un trou noir supermassif appelé Sagittarius A*. Du coup, le système solaire tout entier tourne autour de ce trou noir, à la vitesse d'environ 965.600 km/h Source : le nouvel obs.

Notre Galaxie est également en orbite très elliptique autour de la galaxie d’Andromède avec laquelle elle devrait fusionner dans quelques milliards d’années. La Voie lactée appartient à un groupe de galaxies simplement appelé Groupe local, qui comprend deux grandes galaxies (la Voie lactée et M31, la galaxie d'Andromède), quelques objets intermédiaires et plus de 25 galaxies naines.  Le Groupe local fait lui même partie d'une structure plus vaste, un amas de galaxies appelé amas de la Vierge.

Supernovae

Cet amas est lui même au centre d'une structure plus large, un superamas, appelé pour cette raison superamas de la Vierge.

Et tout ça évidemment, ça tourne, ça valse, dans la grande fanfare des explosions de supernovae.

Maintenant que nous avons décrit la valse de l'Univers à l'échelle des galaxies, changeons de cap ! La visite de poursuit vers l'infiniment petit.

... et à l'échelle des atomes...

Nous sommes dans le superamas de la Vierge. En se rapprochant vers notre Soleil, on se retrouve dans l'amas de la Vierge. Puis, chemin faisant nous rentrons dans le Groupe Local, puis dans la Voie Lactée, en orbite elliptique autour de la Galaxie d'andromède. En cherchant dans l'un des bras de notre galaxie (en rotation sur elle-même autour de Sagittarius A*), on finira par trouver le système solaire, avec notre belle planète Terre, en orbite autour du Soleil et en rotation sur elle-même.

Sur cette Terre, se trouve quelque part un humain, tout petit être insignifiant, contemplant néanmoins la splendeur de l'infini ciel étoilé. Cet humain, fait de matière, de chair, est constitué de cellules microscopiques, elles-même composées de minuscules molécules. Elles résultent de l'assemblage complexe d'un nombre très faible d'atomes comme le carbone, l'hydrogène, l'oxygène ou l'azote...

Un acide aminé

Voilà, nous sommes partis de l'infiniment grand pour arriver dans l'infiniment petit. Nous avons parcouru quelques milliards de milliards de kilomètres en quelques secondes, et nous voici bientôt au bout de notre périple. Nous sommes face à un atome, mettons un atome d'hydrogène.

Mais au juste, de quoi est-il constitué cet atome ? Et bien c'est très simple. Il se décompose en deux parties : un noyau (plus précisément, un proton, genre un peu comme un soleil...), et un électon en orbite autour du noyau (un satellite en somme, ça ne vous rappelle rien ?). Et, bien évidemment, le noyau comme l'électron sont en rotation autour d'eux-mêmes (en physique quantique on appelle ça le spin).

Et voilà où je voulais en venir. De l'infiniment grand, comme de l'infiniment petit, la valse de l'Univers est là, éternelle danse, dont les pas magnifiques sont entraînés par la musique d'un magistral compositeur invisible...

Et vous ? Sauriez-vous entendre cette symphonie ? Vous laisseriez-vous entrainer dans la valse de l'Univers ?

  • kenjiu

    Oh oui, qui ne danserais pas sur une si belle symphonie!
    Merci beaucoup pour cet article, et permettez-moi de vous faire part de ce que cette valse m'inspire.

    Première observation: tout corps tourne autour de quelque chose.
    Deuxième observation: tout corps tourne sur lui-même.
    Troisième observation: il est plus facile, pour un corps en orbite, de tourner sur lui-même (en sens opposé) que de ne pas le faire.
    Faites le test: tournez autour de la table de plus en plus vite, ensuite refaites le test en tournant sur vous-même en sens inverse, et pour achever de vous convaincre, tentez de tourner sur vous-même dans le même sens que votre orbite. ;)
    On comprends dés lors, que la "self-rotation" et "l'orbite" sont un seul et même mouvement.
    Allons plus loin. Pourquoi ça tourne? Pourquoi y a t il de l'espace et du mouvement? Pourquoi pas rien? Nous avons vu dans le test de la rotation autour de la table, que le mouvement le plus facile est toujours celui qui s'impose, dans tout univers économe en énergie qui se respecte, ce qui se vérifie en observant le cycle de l'eau, qui bien qu'étant passive de nature, se voit participer à l'action.
    Appliquons alors ce principe "d'économie d'énergie" aux trois questions posées ci-dessus. Il deviendrait alors logique, que l'existence de l'univers soit plus "facile" que sa non-existence.
    Bien entendu, cette idée ne semble pas logique, dans un monde où le prix du baril de pétrole semble justifier à lui seul l'idée d'un univers en expansion.

    Mais nous sommes-nous seulement posé la question? Je me suis posé la question, comme beaucoup d'autres. Et je vous invite à vous la poser également. Voici la piste que j'ai suivi, mais il y en a une infinité: Remontons à l'origine de l'univers, mais pas en suivant la ligne du temps, car ce faisant, nous resterions prisonniers de l'univers, et donc, dans l'incapacité de remonter à ses causes. C'est donc la ligne de la causalité qu'il faut remonter, remontons. Rien. Ah, oui mais...Rien ne se défini que par rapport à tout... Donc dire qu'il n'y avait rien, c'est en même temps affirmer l'existence du tout qui donne son sens au rien... Paradoxe primordial, à l'origine de tous les autres. Tentant de résoudre ce paradoxe, dans une infinie tentative d'équilibrer les choses, l'univers s'engendre, en même temps qu'il engendre les questions, les réponses, le temps, l'espace et le mouvement. Nous sommes dans une réflexion qui n'est pas facile à coucher sur le papier, à moins de disposer d'un "carnet-univers", et d'une infinité de temps.
    Mais si l'expression de cette question semble impossible, elle n'en est pas moins extrêmement utile et prolifique.
    De l'oeuvre de Mozart à celle de Léonard de Vinci, en passant par celle de dame nature, tout ce qui est bon, juteux, divins et exquis, est né de cette question que je vous invite à retrouver.
    Nous avons vu que "rien" ne peut exister sans "tout".
    Ceci est la base de la réflexion qui mène à "rien", en même temps qu'à "tout", qui ne sont que les deux reflets du miroir à découvrir.

    Stage 1
    En y réfléchissant bien, on la trouve. La trouvant, on en voit pas le fond. Remontant toujours plus loin, on voit défiler la vérité, et les mensonges par milliers. De retour sur terre, on est tenté de faire part de nos découvertes aux autres.
    Stage 2
    Ce faisant, on se heurte à des murs qu'on aurait pas imaginé. Se heurtant sans cesse, on arrête de foncer dans les murs. Arrêtant de foncer dans les murs, on comprend enfin le privilège qui nous est offert. Comprenant ce privilège, nous comprenons qu'il est de notre devoir de partager nos découvertes. Mais le souvenir de la dureté des murs est là pour nous faire comprendre une chose cruciale, concernant nos échanges avec les autres.
    Stage 3
    Cette chose étant comprise, on peut commencer à montrer autre chose, mais tout doucement, au bon niveau, avec précaution, préparation, calme, et détermination. Si ça foire, se demander pourquoi. Le jour où ça commence à fonctionner, champagne. En espérant avoir placé l'unique "Ting" de mon triangle au moment opportun, dans cette infinie symphonie à laquelle j'ai la joie de participer.

  • http://www.kasuku.ch Jacques Deferne

    Bonjour,
    mon site comporte des textes de vulgarisation scientifique que je mets gratuitement à la disposition de tous. Peut-être peut-il vous intéresser.

    J'aimerais utiliser la photo de votre site qui montre le Soleil avec tout autour les planètes.
    M'autorisez-vous à l'utiliser pour mon texte "Notre système solaire" ?

    Cordialement, Jacques Deferne

  • http://goutte-de-science.net admin

    Bonjour,
    pas de problèmes pour la photo.

    Je vais parcourir votre site avec attention.

    Et merci pour votre message !

S’abonner

© 2011 Goutte de science Cette création est mise à disposition sous un contrat contrat Creative Commons Creative Commons License Suffusion theme by Sayontan Sinha