fév 132008
 

J'ai trouvé sur le site de la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile), une page très intéressante sur la pollution sonore émise par les avions.

On y apprend que le bruit émis par les avions a deux origines : le bruit des groupes motopropulseurs et le bruit aérodynamique.

"Le bruit des groupes motopropulseurs est engendré par les parties tournantes des moteurs et les fortes turbulences générées dans la partie arrière." Ce bruit se décompose en plusieurs composantes : le bruit de soufflante créé par l'hélice située en entrée du moteur, le bruit des compresseurs et des turbines, le bruit de combustion et enfin le bruit de jet "qui a été fortement réduit dans les moteurs modernes à double flux."

La seconde composante, le bruit aérodynamique, "[...] est dû aux turbulences aérodynamiques créées autour de l'avion." Il est créé par l'air qui s'écoule autour de la dérive, du fuselage, des trains d'atterrissage et de la voilure (c'est à dire les ailes et en particulier, les volets de bord de fuite et les becs de bord d'attaque).Ce site explique aussi que "si le bruit généré au passage d'un avion est une grandeur physique et objective parfaitement mesurable, la gêne ressentie par chacun est nettement plus subjective et variable d'un individu à l'autre."

Il y a donc de nombreuses façons de mesurer le bruit. Il y a notamment le classique "décibel" qui est l'unité de mesure de référence de l'intensité d'un son, le "décibel pondéré A" qui prend en compte la sensibilité intrinsèque de l'oreille à certaines fréquences et les "E.P.N.dB", pour Effective Perceived Noise dB qui est utilisé pour la certification des avions.La DGAC nous apprend aussi comment est effectuée la certification acoustique, étape obligatoire pour qu'un avion soit autorisé à voler.Enfin les effets de la pollution sonore sur la santé et la qualité de la vie sont exposées : "les effets du bruit sur la santé, toutes sources confondues, font aujourd'hui l'objet d'une préoccupation générale du ministère en charge de la santé et ont été à ce titre inscrits au programme de l'institut de veille sanitaire."

Une dernière section est consacrée aux systèmes d'information : "sur demande, ces systèmes peuvent faire le lien entre les trajectoires, l'identification de l'avion et le bruit enregistré et diffuser le résultat sur des postes de consultation. [...] Les grands aéroports s'équipent progressivement de systèmes de cette nature: c'est notamment le cas de Lyon-Saint-Exupéry, de Nice-Côte d'Azur, de Strasbourg-Entzheim, de Toulouse-Blagnac ou encore de Montpellier-Méditerranée."

Après avoir lu ce site, la pollution sonore émise par les avions n'aura plus aucun secret pour vous !

Pour les habitants de Toulouse qui veulent découvrir tout ça de manière plus interactive, il y a l'exposition "Aéroplace" de l'aéroport Toulouse Blagnac. "L’espace [est] dédié au développement durable de l’Aéroport Toulouse-Blagnac. Situé au cœur de l’aérogare, c’est un lieu d’information, de sensibilisation et d’échanges (expositions…) dédié au grand-public (voyageurs et riverains) et aux partenaires locaux." Pour plus d'informations : Aéroplace, un espace pédagogique et ouvert.